Le juge Donald Phillips lit le verdict au procès Milch. Le juge Donald Phillips lit le verdict au procès Milch.

Procès des serviteurs du Reich

Le projet Nuremberg. Le début de la paix a déjà abordé deux des 12 «procès successeurs» dans lesquels des médecins nazis et des membres des Einsatzgruppen étaient accusés. Aujourd’hui, nous vous parlons de quatre autres procès organisés par les États-Unis: ceux du maréchal Milch, des juges nazis, des intendants de la SS et des employés de l’industriel allemand Flick. Tous ces procès ont été caractérisés par des preuves solides et une grande diversité des accusés, mais les sentences finales ont souvent été relativement clémentes.
Dessin de Boris Efimov Chambre à gaz. Photo provenant des archives familiales de Boris EfimovDessin de Boris Efimov Chambre à gaz. Photo provenant des archives familiales de Boris Efimov

Deux mille gazés par minute

La torture et le massacre dans les camps de concentration sont devenus le mal ultime sous le régime nazi. De tout temps, il y a eu des méthodes et des outils sophistiqués pour «arracher» un aveu ou forcer à obéir. Le XXe siècle, avec ses régimes totalitaires, n'a bien sûr pas fait exception. Mais c'est dans le Troisième Reich que la torture et les exécutions ont été mises à la chaîne, comme dans la production de masse, avec la méticulosité, la précision et l'impartialité allemandes.
Caladium bicolorCaladium bicolor

«Trois millions de bolcheviks capturés peuvent être stérilisés»

L'un des sujets qui ne sont pas encore suffisamment développés dans l'historiographie est les expériences de stérilisation de masse qui ont eu lieu sous le patronage du Reichsführer-SS Heinrich Himmler entre 1941 et 1945. Malheureusement, il n'y a toujours pas d'études qui mettraient en évidence le problème de l'infertilité forcée dans de grands groupes humains. Dans le cadre du cycle documentaire Génocide. Plan du Reich, que le projet Nuremberg. Le début de la paix réalise avec l'Assemblée des peuples d'Eurasie et Yegor Yakovlev, historien, président de la Fondation d'histoire numérique, nous publions des documents qui racontent les tentatives de la SS de mettre au point un médicament miracle à base du jus d’une plante sud-américaine.

Jumeaux cousus, prise de sang et autres expériences

Les expériences médicales sur les enfants sont l'une des pages les plus terribles et les plus répugnantes du nazisme. Des milliers d'enfants ont été saignés, infectés par des maladies mortelles ou mutilées. Joseph Mengele, médecin en chef du camp de Birkenau (une des subdivisions du camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau), qui s'est concentré sur les expériences sur les prisonniers, y compris les enfants, est devenu funestement célèbre. Les prisonniers l'appelaient l'Ange de la Mort.
Boris PolevoïBoris Polevoï

«Je me suis souvenu de la fumée d'Auschwitz»

L'écrivain Boris Polevoï, correspondant de guerre du journal La Pravda à Nuremberg, qui sera bientôt célèbre dans toute l'URSS en publiant Histoire d'un homme véritable, en savait plus sur Auschwitz que de nombreux témoins du procès de Nuremberg. Il a visité le camp deux jours après sa libération par l'Armée rouge en janvier 1945. Il a parlé avec des prisonniers et des témoins et a rédigé un rapport pour la direction politique du front. Il a parlé de ses impressions sur l'interrogatoire de l'ancien commandant du camp Rudolf Höss au tribunal de Nuremberg le 15 avril 1946 dans un article pour le bureau d'information soviétique Sovinformburo. Les auteurs du projet Nuremberg. Le début de la paix l'ont trouvé dans les archives du Sovinformburo. Pour la première fois, nous publions la version intégrale de l'article du célèbre écrivain sur Auschwitz.
Instruction sur le comportement des fonctionnaires dans les territoires soviétiques prévus pour être occupés datée du 1er juin 1941 et portant la signature du secrétaire d’État au Ravitaillement, Herbert Backe. Archives d’État de la Fédération de Russie, F. R-7021. Op 148. D. 12. L. 59Instruction sur le comportement des fonctionnaires dans les territoires soviétiques prévus pour être occupés datée du 1er juin 1941 et portant la signature du secrétaire d’État au Ravitaillement, Herbert Backe. Archives d’État de la Fédération de Russie, F. R-7021. Op 148. D. 12. L. 59

Les douze commandements pour traiter les Russes

Le 14 février 1946, le colonel Lev Smirnov, avocat général soviétique, a présenté au tribunal des preuves des crimes contre les populations civiles de l’URSS. Parmi les documents figurait une instruction secrète datée du 1er juin 1941 portant la signature du secrétaire d’État au Ravitaillement, Herbert Backe. Cette instruction traitait du comportement des fonctionnaires sur les territoires soviétiques prévus pour l’occupation.
Vidéo d'archives de l'interrogatoire du maréchal PaulusVidéo d'archives de l'interrogatoire du maréchal Paulus

«Le fait de tenir avec mon armée décidait du sort du peuple allemand»

L'interrogatoire du témoin de l'accusation convoqué par le parquet soviétique, Friedrich Paulus, a duré deux jours. Le 11 février, l'interrogatoire était facile pour l'ancien commandant de la 6e armée: il n'a fait que répondre aux questions du procureur soviétique Roman Roudenko relatives à la manière dont Hitler et l'état-major général préparaient une attaque contre l'URSS. Mais le lendemain, les avocats des accusés ont attaqué Paulus. Pour eux, le maréchal prisonnier n'était qu'un traître à qui on ne pouvait faire aucune confiance.

Sélection de la langue