Planche du test de RorschachPlanche du test de Rorschach

Patients de Nuremberg

Chacun qui a assisté au procès de Nuremberg s’est inévitablement posé la question suivante: les accusés ne sont-ils pas des malades mentaux? Peut-être sont-ils tous des obsédés, des psychopathes, des sadiques dérangés? Parmi le personnel du tribunal international, il y avait ceux qui devaient préciser cet aspect au niveau professionnel: psychiatres et psychologues. Explorant les paradoxes de la psychologie nazie, ils ont erré jour après jour dans les sombres recoins du subconscient des plus grands méchants de l'Histoire. Mais les conclusions tirées après de nombreux tests et examens ont découragé même les spécialistes.
Roman Roudenko et Youri Gagarine. Photo des archives personnelles de la famille Roudenko.Roman Roudenko et Youri Gagarine. Photo des archives personnelles de la famille Roudenko.

«Sous votre responsabilité, camarade Roudenko»

Le procureur le plus célèbre de l'URSS, qui a travaillé de l'époque de Staline jusqu'à celle de Brejnev, avait 38 ans quand il a pris la tête de la délégation soviétique au procès de Nuremberg. Aux États-Unis, le procureur en chef américain, Robert Jackson, a accédé au rang de héros national. Mais, en Russie et à plus forte raison dans le reste du monde, on sait trop peu de choses sur le rôle de Roman Roudenko dans la condamnation du nazisme. Il est pourtant l'un des rares juristes à qui le monde doit sa compréhension actuelle du droit, du procès équitable et de l'humanisme. Le diplomate Sergueï Roudenko est le fils de Roman Roudenko. Il nous parle de son père dans le cadre du projet «Nuremberg. Le début de la paix».

Sélection de la langue